Qu’est-ce que l’éthique ?

Print Friendly, PDF & Email

L’éthique en psychiatrie : dossier thématique

Introduction | Qu’est-ce que l’éthique | Sur le WebVidéos et podcasts | Zoom sur les Comités d’éthique | Dans les bibliothèques | Médias et presse généraliste


La nécessité d’une réflexion éthique, particulièrement à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle (avec le procès de Nuremberg), tout comme la montée de l’individualisme et la revendication d’une plus grande autonomie pour la personne dans les sociétés occidentales ont concerné, entre autres domaines, celui de la psychiatrie.

La notion d’éthique, plutôt que celle de morale, trouve une place plus spécifique en France avec la création, en 1983, du Comité consultatif national d’éthique.

En médecine, la réflexion éthique porte sur la recherche du bénéfice pour le patient, le respect de son autonomie et de sa dignité, la transmission de l’information et surtout le recueil du consentement libre et éclairé.

Le questionnement éthique en psychiatrie, appartenant le plus souvent au champ de l’éthique clinique, mobilise au moins ces quatre grands axes :

  • La prise en compte du sujet au travers d’une offre de soins efficiente et de qualité :
  • La législation relative aux droits des malades, de leurs familles et de leur entourage.
  • Le principe de réalité socio-économique que représente la politique nationale de santé liée à la psychiatrie :
  • Le nécessaire questionnement de l’institution sur ses propres pratiques, aussi bien en interne qu’en externe¹ :

Depuis un demi siècle, plusieurs textes officiels ont été publiés sur la place réservée à la personne « malade » et au recueil du consentement éclairé du patient.

Le respect des droits des malades admis en institutions psychiatriques (Loi du 27 juin 1990, loi du 05 juillet 2011, Loi du 27 septembre 2013), l’accueil et la prise en charge médicale (Loi du 21 juillet 2009), l’instauration d’une « démocratie sanitaire » (Loi du 04 mars 2002), la place de l’usager au centre du dispositif rénové et la lutte contre la stigmatisation attachée au maladies mentales (Plans Santé mentale de 2001 et 2011) en sont les maîtres mots.

La dimension de la relation soignant-soigné, l’information et le consentement du patient, l’accès direct au dossier informatisé, les soins sans consentement, la pédopsychiatrie sont aujourd’hui les grands axes de la démarche éthique en psychiatrie².

La réflexion éthique s’impose dans chaque situation clinique, au sein de chaque unité, de chaque établissement³.


¹ Boyer Hervé, « Clinique, réflexion éthique et psychiatrie. », VST – Vie sociale et traitements 4/2010 (n° 108) , p. 83-88
² Horassius Michel , Kress Jean-Jacques. Éthique et psychiatrie, In Le livre blanc de la psychiatrie, Fédération Française de Psychiatrie, John-Libbey, 2003.
³ Ethique et psychiatrie [Dossier], Soins psychiatrie N°270 septembre-octobre 2010.


A lire aussi sur le sujet

Les références ci-dessous sont disponibles dans les centres adhérents au réseau Ascodocpsy.

Si votre établissement est membre du réseau Ascodocpsy, vous pouvez vous adresser au service de documentation qui vous fournira les documents souhaités.

Chapitre de livre : Suzanne Rameix. Du paternalisme des soignants à l’autonomie des patients, dans  Justice et psychiatrie, normes, responsabilité, éthique. Claude Louzoun, Denis Salas et al., p.65-75.  Eres, 1998

Livre : Suzanne Rameix. Fondements philosophiques de l’éthique médicale, Ellipses, 1996, 159 p.